Billy la nuit

Création automne 2020
dès 5 ans

Librement inspiré du conte

Ole Ferme-l’œil d’Andersen

 

 

 

Texte et mise en scène : Aurélie Namur

Co mise en scène : Anna Zamore

Avec : Nicolas Pichot et Aurélie Namur

 

Création sonore : Alexandre Flory

Scénographie, lumière : Claire Eloy

Dramaturgie : Sarah Fourage

Construction décor : Quentin Charrois

Costumes : Cathy Sardi

Collaboration artistique : Azyadé Bascunana

Régie générale : Bruno Matalon

 

Production : Laure Desmet
Diffusion : Suzanne Santini

Consulting production : My Linh Bui / Kurieuze & cies

Administration : Elisa Cornillac

 

Illustration : TEXU

EN PRODUCTION

 

Coproductions : l’AMIN THEATRE / TAG de Grigny, le Parvis Scène Nationale Tarbes Pyrénées, la Scène Nationale d’Homécourt, l’Escher Theater au Luxembourg, le Théâtre Jacques Cœur – ville de Lattes, le Chai du Terral- Saint-Jean de Védas, la Ville de Pézenas et le centre ressources Molière et Le Totem, Scène conventionnée Art enfance jeunesse (Avignon). En partenariat avec le département de l’Hérault pour une résidence de création au Théâtre d’O.

 

Soutiens : le Théâtre de la Vista – ville de Montpellier, le Festival Momix, La passerelle - ville de Jacou, le Théâtre Jérôme Savary - Villeneuve-les-Maguelone dans le cadre du projet 123 Grandis-toi, le Théâtre des 13 vents CDN Montpellier - Accueil en Studio Libre, Festival Méli’mômes avec la comédie de Reims CDN, La ferme de Bel Ebat à Guyancourt, Le théâtre de Charleville-Mézières.

En collaboration avec ADKTRASH ASBL / Décalage Horaire.

En coréalisation avec le Théâtre Dunois (Paris).

 

 

Billy va dormir seule cette nuit. Son père doit partir travailler, toute la nuit. Mais pour sa fille, il a tout préparé : le cartable, près du lit, le repas, au frigo, la brosse à dents sur l’évier, et pour l’histoire du soir, Billy n’aura qu’à appuyer sur « play » et elle écoutera l’histoire du soir… Puis elle dormira jusqu’au lendemain où son père rentrera pile pour la conduire à l’école ! Sauf que Billy, la nuit, n’est pas seule. Sa chambre s’anime, se transforme et laisse place à Ferme l’œil…

Un désir formel est à l’origine de ce spectacle : j’écris souvent avec – dirais-je – «une bande son dans la tête », et je souhaitais, cette fois, placer le dispositif scénique en amont de l’écriture, et au centre. J’imaginais une situation où un personnage, seul (dans sa chambre par exemple), était aux prises avec toutes sortes de couinements, de craquements, toutes sortes de bruits difficiles à identifier, mais qui ouvre son imaginaire - le nôtre aussi - conviant le fantastique au cœur de la fable. En miroir à ce personnage mutique et esseulé, je souhaitais que ce dernier, parfois, quitte le plateau, laissant le spectateur seul à son tour, en tête à tête avec cette chambre désertée, béante. Et, que, dans ce vide, dans cette absence qui appelle le retour du protagoniste, la chambre semble vivre… Ainsi est né BILLY LA NUIT.

 

                                                                                                       Aurélie Namur

^ haut